Les drones ressemblent à de gros jouets pour certains.  C’est en effet parfois le cas. Mais pas avec le Bebop 2 Power. Avec ce drone, Parrot se veut innovant, en proposant un appareil de qualité et intelligent. Un appareil pour « s’évader », pour voyager d’une manière différente. En vente à 699€, que vaut vraiment le drone français ?

Le style :

Voilà un drone sobre et élégant, comme il est coutume d’apprécier parmi les produits proposés par Parrot. Il se présente ainsi comme une ogive personnifiée, nantie d’un oeil lucide et brillant, à la manière du HAL 9000 de Kubrick. Le tout reposant sur une structure renforcée en fibre de verre, qui décollera à la mise en route des 4 moteurs.

Sobre, élégant, et plutôt léger, puisque le bebop 2 power ne pèse que 525 grammes. Une masse avantageuse qui lui permettra d’être baladé facilement, mais aussi de ne pas être soumis aux dispositions législatives les plus strictes en matière de drones, n’atteignant pas les 800 grammes.

De la même manière, la manette de pilotage ainsi que le casque de réalité virtuelle fournis avec, sont de bonne facture, et très bien finis. Toutefois, je ne suis pas certain que l’esthétisme soit tout à fait déterminant dans le choix d’un drone, passons donc au reste.

La prise en main et en vol :

Prendre en main le bebop 2 power est aisé, en raison de son poids comme je le précisais plus haut. Toutefois, il sera difficile de le glisser partout. En effet, il a une amplitude d’environ 40cm. Ainsi, si vous désirez l’utiliser en toute mobilité, lors d’une randonnée par exemple, l’achat du sac de transport (99 euros tout de même) sera sans doute nécessaire. C’est un mauvais point pour le drone de Parrot, qui, évidemment est comparé à ce que propose la concurrence. DJI, l’adversaire direct de la marque française, a d’ailleurs présenté très récemment le DJI Mavic Air qui lui est pliable et très compact. Mais pour un budget plus généreux… J’espère que Parrot saura améliorer cela dans les générations suivantes.

Pour ce qui est de la « prise en vol », en revanche, Parrot a réussi à nous offrir un drone très satisfaisant à faire voler. Le Skycontroller 2 (la manette) dispose de commandes à la fois complètes et intuitives, si bien qu’il n’y a pas besoin de temps d’assimilation pour maîtriser pleinement l’appareil. En effet, le bebop 2 power est vif (il peut dépasser les 60km/h), agile et se stabilise très bien, même avec un peu de vent. Une facilité d’utilisation toutefois un peu dangereuse pour le débutant qui risque d’être sûr de lui un peu vite. Attention donc, au risque de retrouver les pieds sur terre un peu trop brusquement. D’autant qu’il n’est pas fourni avec des protecteurs d’hélices.

Autre avantage incontestable chez Parrot aussi, est la présence dans la boîte des Cockpitglasses 2, qui ne sont autre qu’un casque à réalité augmentée ! En effet, comme je le disais au début, ce drone n’est pas un jouet, c’est véritablement un instrument de capture photographique et vidéo. Ainsi, la caméra du Bebop 2 Power est reliée pendant tout le vol à votre smartphone pour voir ce qu’il voit. La fonctionnalité immersive était donc l’opportunité à saisir pour Parrot, et c’est ce qu’il a fait ! Il suffit donc de glisser son smartphone sur lequel est retransmis le « live » du drone dans les Cockpitglasses, pour se retrouver avec un oeil dans les nuages. C’est quelque chose à la fois ludique mais aussi pratique puisque cela permet d’éviter les reflets sur l’écran ou de mieux cerner l’image que l’on capture par exemple. Dans tous les cas, cela apporte quelque chose de très bien à l’expérience générale d’utilisation du bebop 2 power.

La qualité d’image :

Parrot propose sur ce drone un capteur CMOS 1/2,3″ de 14MPX qui permet de filmer en Full HD 30fps, accompagné d’un système de stabilisation numérique 3 axes.

Qu’en dire ? Je vous ai compilé dans une vidéo quelques captures que j’ai pu effectuer, et voici le résultat, sans traitement bien entendu.

Bien sûr, tout d’abord il y a l’effet « wah » de voir ses propres images aériennes. Mais qui n’est pas bluffé ? Toutefois, lorsque l’on regarde d’un peu plus près, on peut constater assez aisément que l’image est un peu floue, voire même granuleuse. En effet, le capteur se débrouille plutôt bien dans de bonnes conditions, avec de la lumière etc, mais dès qu’il fait un peu sombre le capteur piétine. Justement, on a une belle illustration de ce que cela donne dans la vidéo, puisque les conditions météo étaient très peu clémentes pendant toute la durée où j’ai pu tester le drone. On le voit, le soleil ne s’est montré qu’une fois.

Concernant la stabilité je trouve cela extrêmement bien fait puisque même à vitesse élevée, dans un mouvement assez important, lorsque le drone s’incline et vacille dans tous les sens face au vent, l’image reste plutôt douce.

Ainsi, la qualité vidéo comme la qualité photo demeure bonne. Blâmer trop durement Parrot serait inconvenant. Quoiqu’il en soit, des évolutions sont à prévoir là-dessus pour s’affirmer face à la concurrence, c’est assez décevant de se retrouver avec des images comme celles montrées précédemment, après avoir vu leur vidéo de lancement qui est juste grandiose. Un amateur qui aime la photo, ou qui veut découvrir son environnement d’un autre point de vue trouvera sa joie. Néanmoins, l’amateur exigeant ou le professionnel ne seront donc pas très satisfaits, mais pas sûr que ce soit la population visée par la marque.

Le logiciel :

Je l’annonce déjà, c’est le gros point fort du Bebop 2 Power. Parrot a réussi à faire de ce drone, un drone intelligent, et cela apporte beaucoup à l’utilisation.

En configurant l’appareil via l’application dédiée sur son smartphone ou sa tablette, il est ainsi possible d’activer différents modes tels que la fonctionnalité Flight-plan, dans laquelle il est possible de dessiner sur une carte le trajet que le drone va effectuer, et il le suivra en autonomie !

Ou encore la fonction de suivi, qui permet d’un tap sur l’écran pour sélectionner une cible, de faire en sorte que le bebop suive cette dernière de façon, je dois l’avouer, assez fluide. Illustration dans la même vidéo de présentation dont je parlais tout à l’heure.

Ce drone est doté d’une série de fonctions du même acabit.


Il faut cependant nuancer notre optimisme concernant la fonction follow-me. En effet, avant de recevoir l’appareil j’avais pour projet d’aller faire un tour de vélo, et de me faire suivre par le drone pour voir ce que cela donne. Mais au fur et à mesure des tests j’ai pu remarquer que même si la fonction est bien fichue, elle se trouve parfois capricieuse. Soit parce que le logiciel perd la cible, soit parce que le bebop perd un peu la connexion alors qu’il n’est pas si loin. J’ai par conséquent abandonné l’idée en raison de l’incertitude que je pouvais avoir.

L’autonomie :

Concernant l’autonomie, Parrot a fait le bon choix de fournir deux batteries à l’achat, chacune tenant environ 30 minutes, ce qui nous donne donc la possibilité de droner une heure.

De plus, l’intelligence logicielle va pouvoir prendre le relai pendant le vol, s’il se trouve que la batterie est déchargée. En effet, le Bebop 2 power en cas de batterie faible va retourner lui-même se poser, au lieu du décollage.

Bilan :

C’est indéniable que le Bebop 2 Power de Parrot est un excellent produit. Il est doté de technologies innovantes et intéressantes qui le démarquent et en font un très bon drone amateur. Mais sans pour autant être parfait. Effectivement, tout ne semble pas toujours au point ou des aspects méritent d’être améliorés, ce qui m’empêche de lui réserver une meilleure critique. Fort heureusement, tous les défauts que j’ai pu observer, sont des défauts qui pourraient être facilement effacés lors d’une mise à jour ou lors de la prochaine génération.