De tout temps, au cinéma comme dans les jeux vidéo, les développeurs cherchent à optimiser l’écran et à en faire ressortir tout le potentiel. Aussi, il est intéressant de voir l’évolution des jeux vidéo avec l’avancée des jeux multi-joueurs. Le multi-screen, ou écrans multiples, est une première évolution qui permet d’améliorer l’agilité et l’efficacité d’un joueur, comme le joueur de poker français Bertrand Grospellier et son record de 62 sit&go simultanés rendu possible grâce au multi-screen. D’un autre côté, plus abordable et moins complexe, on trouve le split-screen, ou écran divisé. Avec son arrivée dans le jeu vidéo, c’est une nouvelle expérience de partage qui s’installe !

L’arrivée du jeu en ligne a bouleversé la géographie du monde du jeu vidéo, offrant la possibilité à chacun de rester chez soi dans le confort d’un fauteuil, ou de se rendre dans des cyber-cafés permettant une certaine qualité de matériels pour ceux qui n’en avaient pas les finances. Cette avancée a marqué le déclin de la coopération classique canapé-lit et split-screen. Les consoles ont finalement rattrapé le niveau des PC en termes de capacité multi-joueurs en ligne. Le revers de la médaille est que les créateurs de jeux ont abandonné progressivement le multi-joueurs local pour se concentrer uniquement sur le web, impliquant ainsi moins de relations sociales physiques.

Malgré tout, le jeu en mode split-screen n’a pas encore disparu : des bijoux modernes comprennent encore l’option de division de l’écran afin de combattre des ennemis, ou de s’affronter les uns les autres, bien installé sur un canapé. Mais à quelques exceptions près, rares sont ceux qui se cantonnent à ces jeux multi-joueurs locaux classiques issus des consoles d’antan. 

Pourtant, certains jeux en split-screen sont rentrés dans l’histoire, et d’autres continuent de l’utiliser comme concept de jeu. En voici certains des plus marquants.

Il est difficile de ne pas penser à inclure Super Mario Kart sur Nintendo 64, mais l’original de la SUPER NES reste le plus marquant car un des premiers de l’Histoire du split-screen de course sur jeu vidéo. Rien ne peut se comparer au frisson de l’atterrissage d’une carapace verte lancée par vos soins et qui arrive directement sur votre écran voisin. Les écrans de l’époque étant assez petits, il faut avouer que le confort de jeu n’était pas au rendez-vous, mais l’amusement et la tension y trouvait une nouvelle place. 

Aucune version jeu vidéo de James Bond n’avait avant, ou n’a jamais depuis, capturé la magie d’un des rares « first-person shooter » sur Nintendo 64, et cela est dû à la fonction multi-joueurs de Goldeneye 007. Non seulement le graphisme des différentes zones étaient parfaits, avec une bande-son de premier ordre et des armes ingénieuses, mais la foule d’options conférait au jeu une nouvelle dimension : Pistols Only, Licence To Kill, Stack, ou encore Oddjob… Les 4 ports permettaient de jouer jusqu’à 4 en simultané sur une même TV cathodique, le tout avec la possibilité de zoomer, d’évoluer avec deux armes, ou encore de profiter de dégâts localisés. 

La série TimeSplitters était la quintessence de l’ère confuse de la PS2, la digne successeuse de Goldeneye d’ailleurs réalisée par de nombreux membres de la même équipe. TimeSplitters 2, c’est un peu Goldeneye avec deux joysticks et encore plus de levels et de protagonistes improbables. Au programme : jouer en mode soldat classique, mais aussi courir l’émeute comme un singe, ou être un « british gentleman » du nom de Mr Underwood avec de magnifiques moustaches. On peut rajouter que le game-play était ultra rapide et de premier ordre.

La qualité et la réussite des opus 1 et 2 d’Halo sur la Xbox originale ont permis d’ouvrir la voie à un nouvel épisode repartant de la fin cliffhanger de son prédécesseur. Halo 3 commence donc dans l’optique de venir à bout de l’alliance Covenante. Ce jeu vidéo était décidément bien le résumé des capacités de la Xbox 360, mettant en avant des graphismes de choix, un multi-joueurs en ligne bluffant, et un jeu coopératif local exceptionnel. Rien de plus excitant que de partir en mission avec un à trois compagnons de jeu en écran partagé, et de vous amuser dans les innombrables modes multi-joueurs de Halo 3 longtemps avant d’être à cours de munitions.

Toute la série Borderlands déchaîne les passions, et c’est encore plus vrai lorsque vous chassez les trésors en tant qu’équipe, en utilisant l’espace sur votre téléviseur en écran partagé afin de tout piller. Le deuxième opus a pris tout ce qu’il y avait de mieux dans le premier tome et l’a mixé avec une histoire plus en profondeur, de meilleurs mécanismes de tir, encore plus de mix d’armes, et plus de protagonistes à niveaux. La HandSome Collection remastérisée sur PS4 et Xbox One vous permet même de jouer avec trois personnes, cette fois-ci également en mode coopératif.

La série d’Epic Games, Gears of War 1-3, a été créée pour être appréciée à plusieurs. Il faut dire que peu de choses peuvent satisfaire un joueur comme le fait d’abattre une tripotée de Locustes alors que votre co-équipier protège vos arrières alors que vous rechargez votre arme pour encore plus de dégâts. La franchise a permis au studio de faire la passerelle entre des combats à la première personne et l’action à la troisième personne. Elle a rarement été dépassée, malgré de nombreuses tentatives d’imitation de la mécanique narrative et l’action impitoyable. Avec un quatrième opus sur le chemin, c’est le meilleur moment pour jouer avec des coéquipiers dans la gloire de l’écran partagé. Il est également possible de plonger dans la compétitivité en multi-joueurs en prenant plutôt une tronçonneuse comme meilleur amie. 

Le jeu Rocket League n’est pas en reste. Cet événement du « football-meets-cars » a pris d’assaut les gamers avec son game-play simple mais passionnant. C’est définitivement un jeu accès sur le multi-jeux, à apprécier en bonne compagnie. Psyonix a d’ailleurs conçu le jeu dans cette optique principale. Vous pouvez le jouer en split-screen les uns contre les autres ou les uns avec les autres, en choisissant par exemple d’affronter d’autres footballeurs en ligne via votre équipe locale.

La saga Call of Duty a fait rentrer l’action multi-joueurs dans l’histoire, mais elle n’est pas aussi notable que le saut en avant de COD 4 Modern Warfare dans l’ère contemporaine, avec un game-play totalement alléchant. Il existe peu de jeux multi-joueurs locaux qui stimuleront votre nature compétitive autant que COD4. Avec de nombreux modes tels que la recherche et la destruction, ou encore la possibilité de saboter et dominer, il est difficile de ne pas voir les qualités multiples de cet opus. Vous pouvez bien sûr choisir de faire équipe avec qui vous voulez, au lieu de les dérouiller de l’autre côté de la zone d’affrontement. Le prochain jeu de la franchise, World At War, présente le mode de jeu co-op Zombies, qui est encore très populaire ces derniers temps.